An historic church building lives into the future with the past


photo Massicotte et Dignard architectes Crédit-photo: Massicotte et Dignard

Une traduction ( +/- ) suit.

That glass atrium between the church on the left and the social hall on the right was, until renovations began, an empty space most of the time – except in the weeks leading up to Christmas when a pre-fabricated wall, about half the height of the glass pictured, would be carried into place, the old door and padlock having managed to make it through another year.  Behind that wobbly wall and padlock were dozens of Christmas trees which Dad, and other men of the congregation, would sell, in the cold and damp, after a hard day’s work.  I accompanied Dad many times and I can almost recall with bodily memories the painful numbness in my feet as we sought brief shelter in the building proper from time to time.

This was Valleyfield United Church in Salaberry-de-Valleyfield, Québec where, when not at home, I spent a great deal of time in my youth.  The congregation left the building many years ago and since then it has been kept on life support by, among other things, a small French-language fundamentalist congregation.  Oy!

Mom was the organist for 30 years, and a mighty fine one at that, as well as the choir director which – oh well – she did what she could with whom she had to work!  The two manual pipe organ was built by the well-known Canadian firm Casavant Frères of Ste-Hyacinthe.  Serendipitously, the company is still going strong and bought the organ back to be installed elsewhere.

Built across the street from the 19th-century Montreal Cotton mill, using the same stone, the church first served Scottish Presbyterian settlers who, having named Valleyfield for a town in Scotland, put their stone masonry expertise to good use and harnessed the power of the St. Charles River which cut through the island in the St. Lawrence and which the massive cotton mill complex was built around.  When the mill was demolished in the 1970s, sending a smaller work-force out to a modern, suburban plant (which has also since closed) it was a big blow to Valleyfield’s already small English-speaking community.  In addition to political turmoil which sent many English-speaking families packing, rightly or wrongly, the changes in industry had a major impact on what was essentially a factory town – textiles, Goodyear tires, munitions, chemicals, the harbour and, oh yes, a huge Schenley’s distillery!

This beautiful building will fare better than the neighbouring Presbyterian church which, last I heard, is now an indoor rock-climbing centre!  The architect’s drawing (top) was done for MUSO, Musée de société des Deux-Rives, – (loosely translated as Museum of the People of the Two Shores) – is it any wonder “MUSO” has caught on as its name?

It is a museum which has been without a home, limited to travelling exhibits, in addition to its very well-developed web site (which will be moving eventually to a new domain).

MUSO’s directors are taking great steps to ensure that as much of the former church is preserved, including exceptionally beautiful stained-glass windows which completely surround the sanctuary.  I’m drawing on an admittedly greying memory but, other than an abstract one which is beautiful shades of rose,  high above where the organ used to be, the windows all depict scenes from biblical stories – Jesus as shepherd, the road to Damascus and I guess half a dozen others including the last one installed, the only one dedicated in my life-time, which depicts the nativity scene.  These windows are another reason, in addition to the practical use of solar power, for the new glass area.  This will allow eastern sunlight to continue to show windows so situated.

Considering this is a building which was foundational, in the best possible ways, to my youth (better than many children’s experiences elsewhere) I am delighted that it will live on in the form of this exciting museum.

I very much look forward to visiting after it has opened next year!

Map picture

photo Massicotte et Dignard architectes Crédit-photo: Massicotte et Dignard

Cet atrium de verre entre l’église sur la gauche et la salle sociaux sur le droit a été, jusqu’à début des travaux, un espace vide la plupart du temps – sauf dans les semaines précédant Noël, quand un mur pré-fabriqués, à environ la moitié de la hauteur de le verre sur la photo, serait effectué en place, la vieille porte et un cadenas avoir réussi à le faire à travers une autre année. Derrière ce mur bancal et cadenas étaient des dizaines d’arbres de Noël que Papa, et d’autres hommes de la congrégation, serait de vendre, dans le froid et humide, après une dure journée de travail. J’ai accompagné plusieurs fois papa et je peux presque rappeler des souvenirs corporelles de l’engourdissement douloureux dans les pieds que nous avons cherché un abri dans le bâtiment brève bon de temps en temps.

Ce fut l’Église Unie de Valleyfield à Salaberry-de-Valleyfield, où j’ai passé beaucoup de temps dans ma jeunesse. La congrégation a quitté le bâtiment il ya plusieurs années et depuis lors il a été maintenu en vie par, entre autres, une petite congrégation intégriste. Oy!

Maman a été l’organiste pendant 30 ans, et une fort belle à cela, ainsi que le directeur de la chorale qui – eh bien – elle faisait ce qu’elle pouvait avec qui elle avait à travailler! L’orgue à deux tuyaux d’emploi a été construit par le célèbre firme Casavant Frères de Ste-Hyacinthe. Par un heureux hasard, l’entreprise est toujours aussi fort et les props. ont acheté l’organe de retour doit être installé ailleurs.

Construit en face du moulin du 19e siècle Montreal Cotton, en utilisant la même pierre, la première église presbytérienne servi colons écossais qui, après avoir nommé Valleyfield pour une ville d’Ecosse, mettent leur expertise en maçonnerie de pierre à la bonne utilisation et exploité la puissance du rivière Saint-Charles qui traversent l’île dans le Saint-Laurent et autour qui le complexe coton massive moulin a été construit. Lorsque l’usine a été démolie dans les années 1970, l’envoi d’une petite force de travail vers une usine moderne de banlieue (qui a également fermé depuis), il a été un coup dur pour Valleyfield communauté anglophone déjà faible. En plus de l’agitation politique qui a envoyé de nombreux emballage familles anglophones, tort ou à raison, les changements dans l’industrie a eu un impact majeur sur ce qui était essentiellement une ville d’usine – textiles, les pneus Goodyear, munitions, produits chimiques, le port etc., et, oh oui, une distillerie Schenley énorme!

Ce magnifique bâtiment sera mieux que l’église presbytérienne voisins qui, la dernière que j’ai entendu, est maintenant un centre d’escalade intérieure! dessin de l’architecte (en haut) a été fait pour MUSO, Musée de société des Deux-Rives, il est pas étonnant “muso” a pris en tant que son nom?

C’est un musée qui a été sans domicile, limité à des expositions itinérantes, en plus de son site web très bien développé (qui se déplacera finalement à un nouveau domaine).

Les administrateurs de MUSO sont de prendre des mesures considérables pour s’assurer que le plus de l’ancienne église est conservée, y compris d’une beauté exceptionnelle de vitraux qui entourent complètement le sanctuaire. Je suis en s’appuyant sur une mémoire certes, mais grisonnant, autre qu’un un résumé qui est de belles nuances de rose, au-dessus de l’organe où l’habitude d’être, les fenêtres représentent des scènes de tous les récits bibliques – Jésus comme berger, le chemin de Damas et je suppose une demi-douzaine d’autres, dont le dernier est installé, le seul dédié à ma vie à temps, ce qui représente la scène de la nativité. Ces fenêtres sont une autre raison, en plus de l’utilisation pratique de l’énergie solaire, pour la région de verre neuf. Cela permettra à la lumière du soleil est de continuer à afficher les fenêtres afin situé.

Considérant ceci est un bâtiment qui a été fondamental, de la meilleure façon possible, à ma jeunesse (mieux que les expériences de nombreux enfants d’ailleurs) je suis très heureux qu’il continuera à vivre dans la forme de ce musée passionnant.

Je suis très impatient de me rendre après qu’il a ouvert l’année prochaine!